Afrique du Sud : le rooibos reconnu comme appellation d’origine protégée

Afrique du Sud : le rooibos reconnu comme appellation d’origine protégée

Publié le 10 juin 2021

illustration

Le rooibos, une boisson aussi populaire que le thé ou le café en Afrique du Sud, a rejoint le champagne, le roquefort ou encore l’olive grecque de Kalamata sur la liste des appellations d’origine protégée (AOP). Les AOP, établies par l’Union européenne (UE), visent à préserver l’authenticité de produits issus d’une aire géographique déterminée.

La première utilisation du rooibos (« buisson rouge », en afrikaans) est attribuée au peuple khoisan au XVIIIe siècle. Riche en antioxydants et sans théine, la boisson a des vertus médicinales reconnues ailleurs dans le monde.

Alors que la demande d’une appellation a été lancée il y a dix ans, c’est une « victoire » pour l’industrie, s’est félicité auprès de l’AFP, mercredi 9 juin, Nicie Vorster, directeur du Conseil sud-africain du rooibos, qui espère des retombées commerciales.

Seules les feuilles de rooibos cultivées dans la province du Cap-Occidental et une partie du Cap-Nord (sud-ouest), qui une fois infusées donnent à cette boisson sa couleur rouge caractéristique, pourront désormais être vendues sous cette appellation dans l’UE et plusieurs autres pays, selon un règlement européen paru fin mai.

L’Afrique du Sud produit environ 15 000 tonnes de rooibos par an, principalement dans la chaîne de montagnes rocheuses du Cederberg. Le pays exporte environ la moitié de sa production en vrac vers le Japon, l’Allemagne, les Pays-Bas ou encore le Royaume-Uni.

Le Conseil sud-africain du rooibos vise désormais une reconnaissance par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour étendre la protection du « thé rouge » au marché mondial.

Le Monde avec AFP

Plus d'actualités ?

Retrouvez-nous en téléchargeant l'application NaN News: