Au Salon Shield Africa, à Abidjan, Huawei dévoile des technologies pour une smart city

Au Salon Shield Africa, à Abidjan, Huawei dévoile des technologies pour une smart city

Publié le 11 juin 2021

illustration
Présent au Salon international de la sécurité et de la défense "ShieldAfrica" 2021 à Abidjan, Huawei expose des technologies innovantes pour une smart city.

Le cyber espace s’impose aujourd’hui comme un pilier stratégique pour la sécurité de tout Etat.

Suite à une visite du stand de ce géant chinois des télécoms et des TIC, mardi au premier jour du salon, Soumaila Yaya, directeur général de la police béninoise, se dit fasciné des technologies innovantes du groupe qui permettent via une agglomération intelligente, d’interagir et d’anticiper sur des situations.

Au Bénin, la police utilise des applications (e-hôtel ; e-166 ; e-résidence ; e-Sygestas +Système de gestion statistiques+) du groupe pour contrôler le pays et des points clés en vue de maximiser la sécurité des personnes et leurs biens.

En compagnie de M. Yaya, le directeur général de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes (ANSSI), Jérôme Ouanilo Medegan Fagla, a salué les dispositifs technologiques, laissant entrevoir que son pays envisage d’adapter ces solutions à ses réalités.

Devant une haie de visiteurs, Armand Pierre Noudegbessi, directeur de la Business Unit Channel de Huawei Côte d'Ivoire, ne cesse d’expliquer l’Intelligent traffic management system (ITMS), une solution permettant via un data center de contrôler les flux des véhicules de jour comme de nuit.

Cet outil technologique permet d’enregistrer en temps réel les infractions des véhicules à des sens interdits, les mauvaises sélections de voie, les violations de feu tricolores, de la limitation des vitesses aux fins d’appréhender les auteurs.

Réseau gouvernemental

Aujourd’hui, plusieurs projets sectoriels, tels le e-défense, e-sécurité, e-santé et e-éducation ont des data center isolés. Ce qui rend l’interaction difficile. Pour M. Noudegbessi, il faut fusionner ces services pour un service cloud dans lequel le gouvernement pourra interagir pour rechercher l'information.

A terme, dira-t-il, on parlera de cloud gouvernemental, des data center qui sont interconnectés pour avoir un service cloud. Car, fédérer tous les Intranets en un seul réseau pour en faire un réseau gouvernemental (government network) rend les décisions plus efficientes.

Pour profiler les perspectives de l’Etat ivoirien en matière de e-sécurité, Benjamin Effoli, directeur de Cabinet du ministre ivoirien de l'Intérieur et de la Sécurité, échange avec des responsables du groupe. Huawei pour lui est « un partenaire privilégié du ministère de la Sécurité ».

« Ca vaut deux ans que nous collaborons ensemble. J'ai revu des technologies que je connaissais déjà, mais j'ai été épaté quand même par de nouvelles versions de technologies », avoue-t-il, avant d’ajouter « avec ce groupe, c'est vraiment l'assurance qu'on a le meilleur produit ».

La Côte d'Ivoire qui est actuellement dans la phase deux du programme d'un partenariat avec Huawei, prépare une phase trois. Le prochain programme devrait permettre au pays de renforcer la sécurité, la surveillance du territoire et les traces technologiques.

Écosystèmes numériques

Le monde, aujourd'hui, évolue dans un écosystème numérique qui a besoin d'être sécurisé. Yacouba Cissé, directeur général de l'Autorité de régulation des postes et des télécommunications de la Guinée, a confié être en discussion avec l'entreprise, pour créer des plateformes numériques dans son pays.

Approuvant, les services développés, M. Yacouba Cissé a salué "le niveau élevé" des équipements du groupe chinois, qui selon lui, sont parmi les meilleurs au monde. Cette visite à ce salon vient renforcer ses ambitions pour propulser son pays dans un cyberespace de sûreté.

Yannick Dossou, ingénieur en Télécoms, d'un autre côté du stand, accroche des visiteurs. Ici, il leur présente des systèmes pour un quartier général sécurisé avec des applications permettant de contrôler un ensemble de bureaux, de commencer les entrées y compris par reconnaissance faciale.

Outre cela, le groupe chinois a développé des applications permettant de gérer des incidents sécuritaires survenant sur un espaces géographiques. Et ce, grâce à des équipements de transmission en temps réel à partir d'un centre de commandement.

AP/ls/APA

Plus d'actualités ?

Retrouvez-nous en téléchargeant l'application NaN News: