Océan Indien: les îles Glorieuses, qui appartiennent aux îles Éparses, classées réserve naturelle

Océan Indien: les îles Glorieuses, qui appartiennent aux îles Éparses, classées réserve naturelle

Publié le 11 juin 2021

illustration

Le décret, daté du 8 juin, est paru hier jeudi au Journal officiel français. Il fait de l’archipel des îles Glorieuses, qui appartiennent aux îles Éparses, la 170è réserve naturelle française. Les îles Glorieuses, situées dans le canal du Mozambique, et possession française, faisaient néanmoins partie des îlots revendiqués par Madagascar à la France depuis 1973. Revendication réitérée par le président Andry Rajoelina depuis son arrivée à la présidence. 

avec notre correspondante à Antananarivo, Laure Verneau

Ce sont deux îles sablonneuses formées sur un atoll dans l’océan Indien : l’île du Lys et l’île de Grande Glorieuse. L’archipel fait 7 km2 carré de terres cumulées et se trouve dans près de 45 000 km² d’eau sous juridiction française.

Le classement en réserve nationale naturelle va permettre la protection et la conservation de la biodiversité de l’archipel. Un classement déjà annoncé par Emmanuel Macron en octobre 2019, alors qu’il était en escale sur l’île de Grande Glorieuse. « Ici c’est la France, c’est notre fierté, notre richesse », avait-il alors déclaré.

Mais au-delà de l’enjeu environnemental, il y a un enjeu diplomatique car les îles Glorieuses font partie des îles Éparses, des îlots revendiqués par Madagascar depuis plus de quarante ans à la France. Avec les îles Éparses, la France est souveraine sur tout le couloir central du canal du Mozambique, un détroit réputé très riche en hydrocarbures.

À lire aussi Les îles Éparses, des confettis au cœur du contentieux franco-malgache (dossier Territoires disputés) 

Et les discussions engagées par la commission mixte depuis près de deux ans sont au point mort, interrompues, dit-on, par la pandémie. Et quand Madagascar réclame la souveraineté sur ces îles, la France parle elle de co gestion. Est ce que ce décret signe la fin des pourparlers ? Les autorités n’ont pour le moment pas réagi officiellement.

À lire aussi Îles Éparses: R. Labévière prône «une coopération partagée de la zone maritime» en conflit 

Plus d'actualités ?

Retrouvez-nous en téléchargeant l'application NaN News: